La vie c’est comme… un livre dont vous êtes le héros !
La vie c’est comme… un livre dont vous êtes le héros !

Non non non, je ne suis pas en train d’enfoncer une porte ouverte (c’est tellement pas mon style), je fais référence aux romans d’aventure qui ont bercé notre jeunesse (enfin si vous avez au moins 30 ans) et dans lesquels, munis d’un dé, d’un papier et d’un crayon, nous naviguions de paragraphe en paragraphe pour terminer une noble quête…ou alors (le plus souvent !) mourir dans d’atroces souffrances. Good old times…

 Ce que signifie donc le titre de cet article, c’est que la vie fait parfois penser à un train circulant sur un réseau ferré complexe, où les multiples embranchements conditionnent la survenance de plusieurs événements consécutifs (on peut aussi parler d’arbre de décision ou d’arbre d’événements). 

Une fois qu’on a pris un embranchement et qu’on est « sur un tronçon », il est très compliqué d’en sortir et généralement il faut attendre l’embranchement suivant pour avoir une chance de rejoindre la destination ou le tronçon souhaité. 

Parfois les conséquences d’une décision prise à un embranchement sont faibles voire nulles, parfois elles sont CAPITALES.

 Ces arbres de décision opèrent à tous les niveaux :

  •  sociétaux,  voire civilisationnels (on parle alors de tournant historique, par exemple la prise de pouvoir par les bolcheviks en 1918, qui fait chavirer la Russie dans 70 ans de communisme)
  •  individuels :
    • sur les choix de vie (Ex. mine de rien, la réponse à la simple question : “vais-je en prépa ou à la fac ?” déterminera beaucoup de choses pour le futur : amis, lieu de vie, niveau de rémunération, loisirs, système de valeur, etc.) 
    • au quotidien .Voici par exemple le tronçon de l’entorse au régime : « je regarde mais n’achète pas ; j’achète mais n’ouvre pas ; j’ouvre mais ne goûte pas ; je goûte mais n’avale pas ; j’avale, mais n’en reprend pas ; … ; oh non ! Qu’ai-je fait ? »

 C’est pourquoi Il est important de « voir loin » et de comprendre les implications d’un choix qui paraît parfois anodin. 

C’est ce qu’apporte l’expérience et la recherche de connaissance de soi (par exemple, savoir se dire :”je me connais, si je vais prendre une bière avec mes amis, ça va finir à 4 heures du mat’. Non seulement je n’aurai pas révisé pour mes examens, mais en plus je vais être décalqué.”)

 Lorsqu’on est conscient du phénomène d’embranchement, on devient non seulement capable d’éviter les enchaînements d’événements néfastes, mais on devient aussi capable de se créer ses propres cercles vertueux, à l’aide de rituels et de routines :

Exemple : « Ce soir, je n’ai pas envie d’aller courir, mais je me mets quand même en tenue avant d’ouvrir un paquet de gâteaux. Puisque je suis en tenue, je pourrais aller faire le tour du square en bas de chez moi. Maintenant que je suis bien chaud, je peux pousser un peu et aller courir le long du canal, ça va être sympa,…, au final, j’ai couru 10 km, je me sens revitalisé et je suis fier de moi »

 Un conseil donc : cartographiez bien vos schémas comportementaux afin d’être en mesure d’éviter l’embranchement malencontreux qui vous précipitera in fine entre les griffes acérées de la femme de votre meilleur pote !

 

Leave a Reply

Close Menu